Marketing

Comment déterminer la zone de chalandise de son commerce ?

Le 12 octobre 2021
déterminer sa zone de chalandise

Il est fortement conseillé pour les personnes ouvrant un magasin, un restaurant ou tout autre boutique physique de définir leur zone de chalandise. En effet, celle-ci va définir grandement l’attractivité d’un point de vente et permettre de recueillir des données sur les éventuels clients qui pourraient acheter à l’intérieur du magasin. Seulement, définir sa zone de chalandise n’est pas simple.

Qu’est-ce qu’une zone de chalandise ?

En premier lieu, il convient de définir ce qu’est la zone de chalandise. Celle-ci désigne la zone autour d’un point de vente dans laquelle ce dernier peut trouver des clients. C’est tout simplement la zone géographique d’où proviennent les clients d’une entreprise. En fonction du type d’activité professionnelle que vous possédez, la zone de chalandise ne sera pas la même. Par conséquent, savoir comment définir sa zone de chalandise est primordiale pour la création d’une entreprise et l’implanter physiquement dans un quartier.

Pourquoi définir sa zone de chalandise ?

C’est la zone de chalandise qui vous donne la possible attractivité de votre business. Grâce aux différentes études de marché prenant en compte la concurrence et les clients potentiels, vous serez en mesure d’avoir une vision claire des ressources de votre entreprise. Le chiffre d’affaires de cette dernière variera en fonction de la qualité de la zone de chalandise que vous avez défini. Recueillir ces données vous permettra de placer et d’optimiser votre rendement efficacement.

Ce qu’il faut faire pour définir sa zone de chalandise

Il faudra à la fois recueillir des informations sur la population locale, mais aussi sur la zone de chalandise de vos concurrents. Même si vous vous situez très proches d’eux, vous pouvez avoir un client cible différent. Par conséquent, vos zones de chalandises seront différentes tandis qu’un magasin plus éloigné pourrait avoir la même zone de chalandise que vous.

Prendre connaissances de la population

La première chose à faire pour définir sa zone de chalandise est de recueillir des données sur la population visée. Par conséquent, vous devez connaître:

       Le nombre d’habitants, en différenciant la population active et inactive 

       Le nombre de maisons, en distinguant les résidences principales et secondaires

       Le revenu médian et l’âge moyen de la population active

       La répartition des sexes

Toutes ces informations vous permettront d’obtenir un profil type du client que vous cherchez. Ainsi, vous pourrez positionner votre entreprise en conséquence.

Zone de chalandise isochrone ou isométrique ?

Ces termes peuvent sembler complexes, mais ils traduisent tout simplement deux méthodes de calculs différentes pour votre zone de chalandise. En fonction du business que vous possédez, vous devez choisir entre l’isochrone et l’isométrique. Toutefois, de plus en plus d’entreprises utilisent l’isochrone de par les modalités de consommation moderne. Voyons ensemble ce que ces termes signifient.

Isochrone

Lorsqu’une entreprise réalise une étude de marché pour définir sa zone de chalandise, celle-ci peut choisir d’utiliser des mesures isochrone. Le but d’une zone de chalandise est de déterminer la zone géographique comportant vos clients potentiels. Calculer cette zone en isochrone signifie que vous ne prenez pas en compte les distances en kilomètres, mais en temps de voiture qu’il faut pour vous atteindre. Pour les villes et suivant le public visé, vous pouvez aussi tenir compte des transports en commun. Ici la zone de chalandise s’apparente à votre niveau d’accessibilité. De ce fait, la zone isochrone peut avoir une forme très singulière en fonction des routes.

Isométrique

À l’inverse de la zone de chalandise isochrone, on peut avoir un cercle presque parfait avec la zone de chalandise isométrique. Celle-ci consiste à prendre une unité de distance (les kilomètres) et non l’accessibilité à votre entreprise pour tracer la zone. Suivant le type d’entreprise que vous avez, cette modalité de calcul peut sembler plus adaptée.

L’attractivité de la zone

C’est le troisième élément qu’il faut prendre en compte pour définir sa zone de chalandise, à savoir l’attractivité de l’endroit de création de l’entreprise. Chaque point doit être étudié pour votre marketing. Avant de vous implanter, réaliser une étude de marché complète révélant les zones attractives est donc judicieux. Par exemple, un marchand de glace dans une zone non piétonne risque d’en pâtir. Ainsi, l’attractivité s’impose comme une donnée fondamentale à utiliser pour tracer une zone de chalandise. Pour ce faire, votre zone sera découpée en 3 parties :

       La zone primaire

       La zone secondaire

       La zone tertiaire

Zone de chalandise primaire

La zone de chalandise primaire représente la zone géographique où vous avez le plus de chance de capter les gens, car très proches de vous. Par conséquent, ils seront naturellement curieux de venir visiter le dernier magasin ouvert au coin de leur rue en sus de passer devant constamment. Ce sont ces prospects qu’il faut attirer en priorité. Pour donner un exemple avec une zone de chalandise isochrone, ceux-ci se trouvent à maximum 5 minutes de voiture de votre entreprise.

Zone de chalandise secondaire

Réaliser une étude de marché précise sur toutes ces zones permet de connaître le pourcentage de clients susceptibles de venir dans notre magasin. Plus la distance est importante, plus ce pourcentage décroît. Dans le cadre d’une zone de chalandise secondaire, celle-ci est définie par environ 15 minutes de voiture. À savoir que d’autres types de transports peuvent être pris en compte dans vos campagnes marketings comme le métro, le bus, la présence de voies rapides…

Zone de chalandise tertiaire 

La zone de chalandise tertiaire est la zone la plus éloignée de votre entreprise pour laquelle des clients sont encore susceptibles de se rendre dans votre magasin. À savoir qu’en fonction des produits de ce dernier, les gens seront amenés à faire plus ou moins de route. De ce fait, on estime une zone tertiaire à environ 30 minutes de voiture. Seulement, d’autres magasins ne voient pas les choses de cette manière. Par exemple, pour IKEA, 30 minutes de voiture est dans la zone secondaire.

Tout cela montre l’importance de recueillir des données avant de les mettre en pratique pour optimiser son business et donc son chiffre d’affaires.

Eviter les zones de cannibalisation

Parmi tout ce qu’il faut mettre en place, la prise en compte des concurrents est primordiale pour ne pas se retrouver dans une zone de cannibalisation. Ce terme désigne le croisement de plusieurs zones de chalandise d’une même marque ou d’un même business. Ici, la concurrence est rude et c’est à celui qui optera pour la meilleure stratégie. 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.